nouveau reglement rgpd

Le règlement RGPD connaît une évolution conséquente dès le 31 mars 2021. En effet, en septembre 2020 la CNIL a décidé d’implémenter de façon claire le cadre juridique pour l’usage des cookies en France.

Les propriétaires de sites internet avaient jusqu’au 31 mars 2021 pour appliquer les différents changements. Cette amélioration entrant dans un cadre juridique protège les données personnelles des internautes. Pour le marketing digital, c’est un changement très important qui s’opère. En effet, les cookies sont primordiaux et servent à compiler les différentes données relatives aux visiteurs. Explications sur le nouveau règlement RGPD.

Définition et rappel de l’utilité des cookies

Si leur nom est également utilisé pour désigner des biscuits aux pépites de chocolat, sur Internet, la définition est complètement différente. En effet, les cookies sont de petits fichiers informatiques présents sur le navigateur de l’internaute. Leur but : collecter certaines données de navigation.

Comme cette collecte de données implique des informations personnelles, il est important que cette dernière soit parfaitement encadrée par la loi. Les cookies ont déjà reçu de nombreuses mises à jour légales sur les huit dernières années.

En 2013, par exemple, une première recommandation est proposée par la CNIL. Cette dernière vise à obtenir l’accord total de l’utilisateur sur la collecte des cookies. Mais il faut attendre 2018 pour que le règlement du RGPD soit renforcé.

Cette année-là, nous avons pu remarquer l’apparition d’un bandeau obligatoire sur chaque site internet. Celui-ci demande une validation du consentement quant à l’utilisation et la collecte des cookies. Au premier avril, les règles de conformité changent grâce à une nouvelle version de la loi concernant les cookies non-fonctionnels.

Quels sont les changements à attendre ?

Dans ce nouveau règlement RGPD, deux points sont mis en avant. En effet, si la loi a très bien fonctionné pendant de nombreuses années, quelques zones d’ombre restent à éclaircir.

Dans un premier temps, il a été décidé que la poursuite de la navigation sur un site Web ne peut plus faire office de consentement de la part du visiteur. Un simple bandeau d’acceptation en bas de page n’est plus suffisant.

D’autre part, les cookies doivent être simples à refuser. Ainsi, les mentions « accepter » et « refuser » sont clairement affichées sur le pop-up de gestion du consentement.

Ce changement a un impact sur votre site en cas de non-respect du nouveau règlement RGPD. Ainsi, vous pouvez écoper d’une amende plus ou moins importante en cas de manquements aux nouvelles normes prises par la CNIL. Une perte de données personnelles non négligeables peut également survenir.

En effet, à cause de cette restriction de l’usage des cookies, l’internaute peut contrôler les données qu’il offre aux différents sites Web. Cette action limite alors la collecte de nombreuses informations importantes quant aux habitudes de navigation des visiteurs.

La nouvelle réglementation RGPD impacte directement le compteur de visiteurs, le parcours des différents clients… En somme, tout manquement à ce nouveau règlement RGPD limite considérablement l’analyse des habitudes de votre clientèle. Sans ces précieuses données, vous ne pouvez pas analyser le parcours de l’internaute ni vous adapter à ses préférences.

Passer à l’action pour s’adapter au nouveau règlement RGPD

Heureusement, vous pouvez adapter votre site à cette toute nouvelle réglementation.

Dans un premier temps, assurez vous que votre espace web est conforme aux préconisations mises en place par la CNIL. Si ce n’est pas le cas, commencez par mettre en place une solution de consentement de collecte de cookies.

Ensuite, vous devez convaincre vos visiteurs d’accepter l’utilisation des différents cookies. Pour cela, il est très important de travailler le message présent dans le pop-up. La réalisation de ce changement radical doit être appliqué au plus vite.

Il est également conseillé aux différents propriétaires de site web d’appliquer une analyse d’impact sur la protection des différentes données transitant sur leur site. Cette analyse doit être réalisée en cas de traitement de données personnelles.

En effet, si celle-ci présente un risque atteignant les droits et les libertés des individus, elles doivent être traitées avec une attention particulière. L’analyse d’impact est importante pour toutes les entreprises collectant des données dites à risque. Ainsi le webmaster s’assure de rester dans le cadre légal fixé par le nouveau règlement RGPD.

Mettre en place le nouveau règlement RGPD

Ce nouveau règlement demande une organisation particulière afin d’être mis en place rapidement. En effet, la date-butoir approchant à grands pas, il est conseillé d’être absolument sûr que les divers nouveaux points importants sont bien installés sur votre site. Ainsi, dans ce nouveau règlement RGPD, vous devez proposer à vos clients :

  • Un registre de traitement de données définies par catégorie
  • Une transparence totale sur le consentement de collecte
  • L’assurance que les différentes données collectées ne sont disponibles que pour un temps limité pour le webmaster
  • Une protection complète des différentes informations relatives à vos clients

Bien sûr, l’application de ces différentes nouvelles fonctions précises quant au règlement RGPD de votre site doit se faire par étape. Pour vous aider, vous pouvez faire appel aux services d’une agence Web. Elle mettra en place les actions nécessaires pour la mise en conformité au règlement du RGPD. Vous serez alors à jour et collecterez de manière légale les différentes données laissées par vos clients.

Une fois votre règlement RGPD à jour, vous analyserez en toute légalité les différentes données afin de comprendre le parcours de vos visiteurs. En effet, l’analyse et la compréhension de ce parcours s’avèrent nécessaire pour adapter la qualité du contenu proposé par votre site. Vous comprendrez ce qui plaît à vos différents clients et capitaliserez sur vos produits.

Règlement RGPD : ce qui change au 1er avril 2021
Par Règlement RGPD : ce qui change au 1er avril 2021
Noter cet article Noté /5
Cet article est noté à 4.6/5 par 9 de nos lecteurs
Partager ce contenu